Nouveauté la protéine de cheveux vend la mèche

nouveauté la protéine de cheveux vend la mèche, le coloriste

S’il vous arrivait un jour de commettre un crime, il se pourrait bien que ce soit un de vos cheveux qui vende la mèche aux enquêteurs.

Nouveauté la protéine de cheveux vend la mèche

Une étude publiée mercredi 7 septembre 2016 par des chercheurs américains du Laboratoire National Lawrence Livermore (LLNL), indique que l’analyse des protéines contenues dans le cheveu pourrait bientôt venir compléter le profilage ADN, et ainsi être utilisée dans les domaines médico-légaux et archéologiques. La méthode peut surprendre, mais elle n’a pourtant rien de capillotracté : les protéines résistent mieux aux dégradations que l’ADN, et possèdent des spécificités d’origine propres à chaque individu.


Vous aimeriez peut-être: Les scientifiques ont résolus l’énigme du cheveu gris


Une combinaison propre à chacun

C’est le scénario classique de tout mauvais téléfilm policier : l’imprudent criminel a laissé, quelque part aux environs de sa victime, des brins d’ADN qui serviront à le confondre. Le profilage ADN est fréquemment utilisé par les médecins légistes (mais aussi en archéologie) car l’ADN est unique à chacun. Toutefois, des processus biologiques, environnementaux ou chimiques entraînent sa dégradation et peuvent parfois le rendre inutilisable. Par contraste, les protéines ont tendance à être plus stables dans le temps que l’ADN, et présentent également des particularités qui nous sont propres. Preuve de la longévité de cette méthode : les chercheurs ont ainsi été capables de profiler les protéines de cheveux bioarchéologiques de six individus âgés jusqu’à 250 ans.

Autre avantage, “le profilage ADN requiert d’utiliser la racine du cheveu,comme nous le confirme Steve Wampler, principal auteur de l’étude. [Pour l’analyse des protéines,] nous n’avons besoin que de la tige, qui contient des restes de cellules qui n’ont plus leur ADN, mais sur lesquelles on trouve encore une grande quantité de protéines”.  Pour déterminer si des traces capillaires peuvent être utilisées dans le domaine médico-légal, les chercheurs ont minutieusement étudié des échantillons de cheveux de 76 individus, ce qui leur a permis de distinguer 185 marqueurs qui différencient les protéines entre elles. Ils estiment qu’une étude plus vaste pourrait permettre d’identifier jusqu’à 1 000 de ces marqueurs, dont la combinaison est unique à chaque individu.

Une personne sur un million

Les nucléotides sont les éléments de base de l’ADN, et codent pour les acides aminés qui composent à leur tour les protéines. Les variations génétiques des nucléotides se traduisent donc par différentes formes (polymorphismes) des acides aminés. L’étude de ce polymorphisme des acides aminés permet d’établir un profil génétique unique, grâce auquel on peut différencier plusieurs individus. Pour l’instant, les chercheurs estiment pouvoir parvenir à identifier un individu sur un groupe d’environ un million de personnes. Mais ils ont bon espoir qu’en continuant l’étude du protéome des cheveux (l’ensemble des protéines exprimées dans une cellule ou groupe de cellules), ils puissent prochainement distinguer avec certitude un individu du reste de la population.  D’après Steve Wampler, cette méthode a “le potentiel d’être plus rapide et moins chère” que le profilage ADN, bien que cette dernière méthode “peut également être améliorée”.  “Nous cherchons des marqueurs que nous héritons de nos parents”, continue le chercheur. Donc il est fort probable que n’importe quel type de poil puisse être utilisé, comme par exemple les poils des bras – les personnes chauves ne sont donc pas à l’abri des investigations. Difficile, de nos jours, de ne plus laisser de traces. Il y a de quoi s’arracher les cheveux – mais il ne faut alors pas oublier de les récupérer après.

Source: Divine.ca

Photo: Passeportsanté.net


1ere Convention Nationale sur la chute de cheveux à Paris

1ere Convention Nationale sur la chute de cheveux à Paris

Organisée par le groupe Cosmecare, la 1ère édition de la Convention Nationale aura lieu les 17 & 18 janvier 2016 à Paris.

Cette convention sera l’occasion pour les professionnels du secteur de découvrir les solutions médicales, et non médicales, actuellement disponibles sur le marché afin de répondre au mieux aux attentes de chaque personne sur cette problématique. La 1ere Convention Nationale sur la chute de cheveux à Paris. Elle regroupera des acteurs de plusieurs pays : France, Belgique, Canada et Suisse.


Vous aimeriez peut-être: une avancé majeure sur la greffe de cheveu


1ere Convention Nationale sur la chute de cheveux à Paris

Au programme de ces deux journées, des interventions de spécialistes, des démonstration techniques et artistiques ainsi que de nombreux ateliers pour rencontrer les acteurs du secteur. Parmi les propositions, de nouvelles solutions capillaires pour les hommes permettent de répondre aux besoins actuels des consommateurs. Egalement des Workshows pour découvrir les innovations produits et les dernières tendances pour réaliser des coiffages exceptionnels sur des chevelures. Démonstrations techniques et artistiques sur des modèles femmes. Quelles sont les solutions médicales pour homme et femme avec la participation de médecins spécialisés dans l’alopécie et la greffe de cheveux féminine et masculine. Présentation des traitements actuels : PRP, traitement du stress par hypnose. Conférence exclusive sur les dernières techniques de transplantation capillaire pour homme et femme.

Un programme complet pour avoir une vision complète de l’offre actuelle permettant de répondre à tous les besoins dans ce domaine.


Lisez-aussi: Le groupe de cosmétiques Estée Lauder achète Too faced


SAVIEZ-VOUS QUE: Vos cheveux ont les moyens de vous faire parler. En les observant de très près, on peut savoir tout ce qui a circulé dans votre sang dernièrement. Oui oui, même ce petit joint de l’été dernier, mauvaise fille.

Source: Estetica.fr

Suivez-nous sur Instagram

Suivez-nous sur Pinterest

Le Coloriste


La NASA développe un casque qui fait pousser les cheveux

La NASA développe un casque qui fait pousser les cheveux, lecoloriste

Une société américaine, Theradome, fondée par un ancien de la NASA est sur le point de mettre sur le marché un casque qui pourrait bien révolutionner le marché de la repousse des cheveux.

La NASA développe un casque qui fait pousser les cheveux. En effet, le casque en question développé depuis 2008 permettrait de limiter la chute des cheveux, et même permettrait de faire repousser ceux-ci. Le tout basé sur une technologie de pulsions laser ayant pour objectif de booster la production de follicules pileux. Retour sur cette avancée majeure dans le domaine de la calvitie… Imaginez-vous bien la scène. Le soir en rentrant chez vous, devant la télé, vous portez ce casque un peu étranger quelques minutes pendant que vous regardez la télé, ou que vous préparez à manger.


Vous aimeriez peut-êtreToute la vérité sur les roux


La NASA développe un casque qui fait pousser les cheveux: FICTION ou RÉALITÉ…soyez au aguets avec les charlatans

Quelle utilité? Vous ne perdrez plus jamais vos cheveux… Une avancée majeure que même Jules Verne n’aurait pas imaginé dans ses rêves les plus fous… Et bien, il semblerait qu’une société américaine soit sur le point de commercialiser ce produit, qui pourrait bien révoluttioner le monde des cosmétiques capillaires. En effet, Tamim Hamid, un ancien ingénieur de la NASA et fondateur de la société qui a développé ce casque est formel : ce casque permet de limiter la chute des cheveux, et de favoriser leur repousse !

Le concept repose sur des impulsions laser au niveau du cuir chevelu, ce qui a pour conséquence de stimuler la production de mitochondrie dans le follicule pileux, et donc de favoriser la production de protéines nécessaires à la repousse du cheveux. Le casque est composé de pas moins de 80 lasers qui permettent de couvrir une superficie de 580 cm carrés, alors que la superficie moyenne d’un cuir chevelu est de 716 cms carrés. Autant dire que la quasi-totalité du scalp est concernée. Les lasers produisent une chaleur de moins de 1degré celsius, ce qui n’apporte aucune gêne quand on porte le casque. Avec une séance de 20 minutes 2 fois par semaine, les premiers résultats visibles apparaissent au bout de 18 semaines. Au bout de 50 semaines, le cuir chevelu du sujet est considérablement renforcé.


Lisez-aussiCosmebio répond à 10 questions sur le cosmétique bio


Source: Thibault Le Pellec


Faites-le vous-même

Faites-le vous-même, le coloriste

Voici de bonnes nouvelles…de la part du coloriste, depuis un certain temps, l’économie mondiale nous a appris à faire des sacrifices pour joindre les deux bouts. Il existe toujours un côté clair à un côté sombre.

Voici de bonnes nouvelles, le coloriste.com veut être celui qui vous rendra la tâche plus facile et vous faire économiser des centaines de $$$ par année grâce à son approche : Faites-le vous-même, faites-le bien!

Notre approche est innovatrice et sérieuse, vous trouverez sur notre site tout pour faire de vraies économies. De grandes économies et une coloration digne des grands maîtres nous vous le garantissons. Nous ne sommes pas commandités par des multinationales pour faire de la promotion de leur produit.

Nous sommes là pour vous renseigner sur tous les aspects de la coloration, nous sommes un site spécialisé sur la coloration capillaire. Soyez de cette aventure et merci