Coloration to please and seduce

Faites de l'effet en blonde, le coloriste

The psychiatrist and writer Francoise Millet-Bartoli makes us a report on the real reasons and you will not surprise to know that the need to please and to seduce are most important. Some of us like to change their hair color frequently; others retain their natural color. For Francoise Millet-Bartolli the care that we wear our hair is never trivial.

Francoise Millet-Bartoli: There is a symbolism of hair, length, texture and of course, color. We are still strongly influenced by the marked connotation of the color we wear naturally. Although it is not possible to establish a rule, we tend to associate more the blond to our childhood, our family history, while brown rather more spicy connotation, more seductive. If the natural color is important, that we choose in an act of coloring is very significant because it follows a determined stance, aware.

By radically changing color, what message are we trying to convey?
Francoise Millet-Bartoli: The desire of a strong change, be it in the cut or color, is often linked to important moments of our lives. Difficulties, bereavement, separation, shock, professional or personal change course: these events are often the origin of this metamorphosis. It’s a way to give us the strength to start again, with a personality that we want better equipped to face life, in any case, different. The color radical changes are often a way to get together, to be more in tune with ourselves.Then we keep this new head, leaving the former to our life « before ».

Some also see the color change in a way to shock, to stand out, to announce a disagreement, a deep desire to challenge. This is often the case for changing teenagers who give themselves the language of hair to speak better of themselves. There he is a cape, a transition that leads to something else generally calmer and wiser.

coloration maison un marché en croissance,, le coloriste

What’s a regular change of color say about us?
Francoise Millet-Bartoli: Swapping a head for another, a style to another can be, for some of us, a rite of passage. For others, the color such as cutting, are accessories. Those that are constantly changing, moving from brown to red, from red to blonde, meet another psychological approach. It is a quest for a new self-image, that one seeks sometimes without ever finding it. These women are often looking for some stability in their identity, which requires that before the test, they put it to the test. It passes through the body and in particular the hair. It is a narcissistic approach is not without revealing a certain fragility.

What is a color brings in our relationship with others?

Francoise Millet-Bartoli: A new hair color happens primarily between self and self. We face our mirror at home or hairdresser if we preferred to trust him. Then, coming out of the living room or pushing the door of the house, we face the gaze of the other. The eyes of the other then so are a real mirror. It can cause pain if that person does not notice a change we wanted just remarkable.

We then run the risk of feeling absent, unavailable, unrecognized. A new haircut, a new color usually go together. They aim to make us more comfortable with our bodies, but tend a pole to those watching.We want to please, but also seduce or, in any case induce a different look at itself, either in seduction or challenge.

When the result is not the one expected, the color may therefore undermine self-image?
Francoise Millet-Bartoli: Absolutely, we can not recognize us when the change was too radical. In these cases, a sense of depersonalization may appear, as might be the case following a cosmetic surgery. The advantage of the color is that it is still reversible. However, keep in mind that women magnet change color regularly, this gesture can be something fun but also very scary. He is never without impact on the image we have of ourselves.

This « self-discovery » is it the same in a woman who colors her hair while maintaining its natural color (scans, etc.)? Francoise Millet-Bartoli: These women are generally comfortable with their image, identity deep. This does not prevent them from having sometimes feel like just small changes in nuance, to affirm this notion of taking care of yourself, beauty. Then one can indeed speak of narcissism but in a positive way. Like the body care, color – such as cuts elsewhere – are part of these procedures we put in place to improve our image, our physical. This gesture helps to please oneself, to have a self-image that corresponds to an ideal that we would like to achieve. This approach is not only normal but also beneficial.

What does this light change color from us?


Francoise Millet-Bartoli: There is always, in this type of coloration, a seductive approach. The question that then needs to be asked is « Who are we trying to attract? « Is that one tries to seduce oneself, to please? Do you want rather seduce others? Each of us has his own answer.

Women bend more to natural colors. Are we in tune with ourselves before?

Francoise Millet-Bartoli: Whether makeup, coloring, or even cosmetic surgery, it now tends to return to the natural. Today, any measure which falls within the beauty must be the least possible. This trend is also observed in our food, our wardrobe … We are no longer in the sophistication of the 1990s.

We want, instead, be more authentic, more in tune with ourselves. We are not necessarily more comfortable with our image before, but we seek to be. It’s in the air.

Women who accept their gray hairs are they the result of this quest for authenticity?
Francoise Millet-Bartoli: Some women wearing their white hair is in harmony with their real image.Natural succession remain so often a choice. But we must not forget that some retain their gray hairs – or original color for that matter – because they may have some fear of the changes caused by staining.Change her hair color often involves a change in his way of dressing, behaving … We are not ready to accept these changes.

Finally, this urge to natural succession sometimes simply a lack of interest in what concerns the physical aspect. In some women, the aesthetic is not the priority. They want to be seduced by weapons other than their physical, their intellect, for example.

Keep his white hair and even maintain so is a sign of self-assertion or claim?
Francoise Millet-Bartoli: Accept the passing of time can first meet of aesthetics, particularly in women who maintain their White hair. These women assume as they are and take care of them. They can be seductive in this double approach – of self and others – we spoke earlier.

But in some cases, take his white hair can indeed also be a protest sign. Some stop to dye the hair to 50-60 years old, or even younger sometimes. They then entered a new stage of maturity in self-acceptance. Assuming their white hair, they are freed from the gaze of others to live fully.


Une autre rentrée

Un beau maquillage qui tient toute la journée

Une autre rentrée

Je suis fébrile comme à chaque nouvelle rentrée, depuis plusieurs années,  je ne sais plus pour quelles raisons je me sens si excité. Les manufacturiers ont préparé leurs lancements de produits avec trompettes et fanfares et à grand coup de millions de dollars pour nous séduire et nous en mettre plein la vue. Les plus grandes stars sont devenues des égéries pour les multinationales en quête de profits afin de mousser leurs nouveaux produits. Les nouveautés se succèdent à un rythme fou pour nous emballer. Les grandes marques propulsent à grands coups de millions leur nouveauté pour garder leur part de marché.  À qui servent tous ces lancements de produits? Ces nouveautés? Ne perdons pas de vu les vraies raisons de toutes ses stratégies. Je crois sincèrement que les manufacturiers et multinationales créent un faux besoin et des sous tendances inutiles pour augmenter leurs revenus et vous faire dépenser. Les actionnaires sont en quête de dividendes et de profits. Ils existent des sans scrupules dans cette sphère de la beauté.

Nous sommes à l’ère d’une surconsommation qui peu à peu nous appauvrit et affecte notre planète. Nous vidons la terre de ses matières premières, nous n’avons plus de places pour nos surplus de déchets, ils sont déversés dans nos océans. Nos forêts sont dévastées et anéanties pour améliorer le sort de quelques-uns. Même au-dessus de nos têtes, il est inimaginable de penser que là haut, le ciel peut nous tomber sur la tête en tout temps. Notre chère vieille terre s’essouffle et s’appauvrit au détriment de la recherche de la beauté suprême. Soyons sensibles à notre futur à nos prochaines générations et consommons de façon plus responsable et plus bio.

Le monde de la beauté et spécifiquement celui des produits de beautés, d’esthétiques et du capillaire sont conçus pour nous embellir et nous faire rêver de cette image de soi tant désirée.

Cette course à la beauté à un prix, ne minimisons pas les risques pour notre santé en utilisant des produits de certaines grandes marques qui manipulent des ingrédients souvent de seconds ordres avec des taux de toxicité quelques fois élevés et des niveaux d’intolérance de plus en plus fréquente chez le consommateur. Ces multinationales sont laissées à eux-mêmes, les gouvernements laissent entre leurs mains le soin de fabriquer et d’élaborer leurs études cliniques avec l’aide de chimistes et de spécialistes chercheurs qui sont souvent commanditées et financées dans leurs travaux par les mêmes qui commandent les études.

Maintenant, que nous savons les techniques utilisés des grandes marques, soyons vigilants et il est grand temps de se refaire une beauté intelligemment les filles. On vous aime sur tout vos angles.


Les enfants et les allergies: la colo serait en cause

les enfants et les allergies: la colo serait en cause,le coloriste

Des chiffres incroyables, et qui mettent une fois de plus en cause les composants de nos produits de coiffure en avant : selon une toute récente étude (publiée le 9 juillet), les allergies des enfants ont doublé ces 20 dernières années, passant de 8% à 16%… En cause : une molécule que l’on retrouve dans la quasi-totalité de nos colorations pour cheveux : le PPD (p-Phénylènediamine). Une substance que l’on retrouve également en grande quantité dans le henné, qui est utilisée pour les tatouages, mais également pour les colorations de cheveux (et qui gagne en part de marché ces dernières années, en se faisant passer pour un produit naturel). Une nouvelle qui n’a pas tardé à faire parler d’elle, et qui a même eu pour conséquence l’interdiction de l’utilisation de la molécule de PPD en Angleterre, sous quelque forme que ce soit.

Vous aimeriez peut-être: Les allergies et les intolérances aux produits chimiques

Car effectivement, la conséquence principale de cette allergie est ennuyeuse : l’apparition d’exéma, une réaction allergique qui se manifeste par l’apparition de petites plaques qui démangent et peuvent faire mal. Et le problème majeur, c’est que les enfants sont de plus en plus nombreux à réagir à ces produits. Si dans les années 90, le nombre d’enfants atteint était « réduit », il a doublé en seulement 20 ans, pour atteindre des niveaux records : 16 enfants sur 100 sont victime de cette allergie au PPD. « Notre étude démontre les actions engagées pour lutter contre les allergies au nickel ont été très satisfaisante, et que celles-ci doivent continuer. En revanche, il est inquiétant de voir que de plus en plus d’enfants développent des allergies au PPD, et ce à cause des colorations pour cheveux et du henné » déclare le docteur Vanessa Smith, responsable de cette étude.
Ces niveaux inquiétants d’allergies sont confirmés par les dermatologues et les allergologues anglais, qui ne voient pas leurs cabinets désemplir. « Les allergies au nickel sont tombées de 33% à 18% en 20 ans. Mais les allergies au PPD sont passées de 8% à 16% sur la même période. Une allergie a été remplacée par une autre, ce qui n’est pas nécessairement mieux » déclare Matthew Gass, président de l’association anglaise des dermatologues.

Source: Meilleur coiffeur

 


VOTRE MÉNOPAUSE ET LE MAQUILLAGE

votre ménopause et le maquillage, le coloriste

Des changements à apporter avec votre rouge à lèvres, crème pour le visage et vernis à ongles lorsque’arrive la ménopause

La ménopause peut affecter votre routine maquillage

Selon une nouvelle étude, votre ménopause et le maquillage ne feraient pas bon ménage, des produits chimiques utilisés dans le maquillage pourraient accélérer le processus de la ménopause. Notre article est dédié au risque relié entre votre ménopause et le maquillage.

Votre ménopause et le maquillage un mélange pas toujours à conseiller

Tout le monde à le droit de savoir, des chercheurs de l’Université de Washington à St Louis (États-Unis) ont prouvé que des ingrédients chimiques utilisés dans la confection du maquillage pouvaient être responsables du déclenchement précoce de la ménopause. Ils ont analysé les niveaux de 111 composés chimiques pouvant perturber le système endocrinien (comme les phtalates) et être présents dans le sang et l’urine de 31 575 femmes anglaises (1442 étaient ménopausées). Leurs résultats prouvent que les femmes ayant les plus hauts niveaux de produits chimiques ont été ménopausées 2 à 4 ans plus tôt que celles ayant les plus bas. Ils ont identifié 15 produits chimiques comme particulièrement à risque : neuf PCB, trois pesticides, deux phalates et un furane.


Vous aimeriez peut-être: 20 trucs pour un maquillage réussi


 Des produits chimiques « hors de contrôle »

Les cosmétiques ne sont pas les seuls responsables de cette contamination. « L’exposition à de nombreux produits chimiques est hors de notre contrôle, a expliqué le Pr Amber Cooper, auteur principal des recherches. Ils sont aussi dans le sol, l’eau et l’air. » On trouve ces contaminants dans les emballages alimentaires.

Des chercheurs de l’Université de Washington à St Louis (Etats-Unis) ont prouvé que des ingrédients chimiques utilisés dans la confection du maquillage pouvaient être responsables du déclenchement précoce de la ménopause. Ils ont analysé les niveaux de 111 composés chimiques pouvant perturber le système endocrinien (comme les phalates) et être présents dans le sang et l’urine de 31 575 femmes anglaises (1442 étaient ménopausées). Leurs résultats prouvent que les femmes ayant les plus hauts niveaux de produits chimiques ont été ménopausées 2 à 4 ans plus tôt que celles ayant les plus bas. Ils ont identifié 15 produits chimiques comme particulièrement à risque : neuf PCB, trois pesticides, deux phtalates et un furane

Qu’est-ce que la ménopause

La ménopause est l’aboutissement d’un processus naturel et inévitable dans la vie de la femme. La ménopause s’installe vers la cinquantaine, parfois plutôt. Le passage dans le cycle de la ménopause est la période durant laquelle les menstruations disparaissent et les ovaires cessent de produire des ovules. Il est très important pour les femmes, à l’aube du dernier tiers de leur vie, d’apprendre à gérer cette période délicate le plus harmonieusement possible, car elle s’avère souvent difficile tant physiquement que psychologiquement à la gérer. Les femmes sont considérées ménopausées selon les spécialistes, un an après l’arrêt complet des menstruations.

Source: Ladepeche.fr


Shampoings cheveux sans sulfates

Shampoings cheveux sans sulfates, le coloriste

ÉVITEZ LES SHAMPOINGS POUR CHEVEUX AVEC SULFATES

Choisir un shampoing pour cheveux sans sulfates

Sodium laureth sulfate, SLES, sulfates, Ammonium Lauryl Sulfate… Ces dénominations scientifiques désignent toutes la même chose. Les sulfates utilisés dans les cosmétiques capillaires comme le shampoing pour cheveux est surtout conçu pour faire mousser les formules. Que faut-il penser des shampoings cheveux sans sulfates?

Ces derniers temps, de nombreuses consommatrices s’interrogent sur la toxicité de ces actifs et préfèrent se tourner vers des shampoings plus doux.

Pourquoi mettre le sulfate dans le shampoing?

Les sulfates sont utilisés comme agent moussant et tensioactif, c’est-à-dire qu’ils servent à disperser les corps gras dans l’eau. Ils aident ainsi à débarrasser de la « crasse » que l’on a sur le corps et les cheveux par le biais d’une puissante action chimique. Or, le petit hic, c’est que ces agents qui font mousser le shampoing (même bio parfois !) avec lequel vous vous massez gaiement le cuir chevelu sont aussi présents dans la plupart des produits d’entretien, le liquide vaisselle ou encore dans les détergents. Une nouvelle qui fait dresser les cheveux sur la tête.


Vous aimeriez peut-être: Daniel Craig change de couleur de cheveux


En quoi les sulfates sont-ils nocifs pour le cheveu?

Si les marques ont longtemps opté pour les sulfates, c’est certainement parce que leur pouvoir moussant défie toute concurrence. Cela constitue, pour beaucoup de gens, un gage d’efficacité et donne l’impression de laver la chevelure en douceur. La vérité est bien loin de cette stratégie commerciale et les sulfates comme le Sodium laureth sulfate (ou SLES), peuvent en réalité être très irritants, desséchants et allergènes. Généralement, les shampoings qui contiennent du sodium laureth sulfate sont également chargés en silicones, une combinaison explosive qui détruit le cheveu. Les silicones servent de gaine brillante et cachent les méfaits des sulfates qui, à terme, étouffent et rendent le cheveu fourchu.


Lisez aussi:   Le sel dans les shampooings à t-il vraiment son utilité?


Prenez la bonne alternative avec un shampoing cheveux sans sulfate

Si leurs noms se ressemblent étrangement, le Sodium laureth sulfate et le Sodium Lauryl Sulfoacetate sont deux composés bien différents. Utilisés dans les gels douche, les laits pour le bain, certains shampoings doux et les produits pour peaux sensibles, le Sodium Lauryl Sulfoacetate est entièrement biodégradable et ne doit pas être confondu avec le SLES qui peut être très irritant.

La bonne décision avec un shampoing sans sulfate

Prenez la sage décision d’opter pour un shampoing sans sulfates (et sans silicones par la même occasion), vous risquez de trouver que vos cheveux sont moins beaux qu’avant. Plus rebelles, plus plats, plus gras, moins brillants.  Les premiers jours, la qualité de votre chevelure peut être visuellement altérée. Patience ! Habitués à subir un tas de modifications, vos cheveux doivent prendre leurs marques et se laisser apprivoisés par la douce composition de votre nouveau shampoing low poo. Le shampoing pour cheveux sans sulfates sera votre nouvel ami!


Lisez-aussi: Le déo un irritant pour la peau?



Ludovic met le cheveu à nu

Le cheveu à nu, le coloriste

Le cheveu et vous

Le cheveu à nu

Le cheveu est depuis la nuit des temps un sujet qui tombe pile poil. Le cheveu est un véritable sujet d’étude pour les amateurs de statistiques et d’informations insolites. Le cheveu à nu pour vous. Nombre, durée de vie, cycle de croissance : voici les principaux chiffres et caractéristiques concernant l’élément le plus connu de la pilosité humaine. Le cheveu à nu.

Nombre de cheveux

Chez l’homme, le nombre de cheveux est compris entre 100 000 et 200 000, et peut varier selon de nombreux critères dont le sexe, l’origine ethnique, la condition physique, l’âge et surtout la pigmentation des cheveux.

  • Une chevelure brune compte environ 100 000 à 110 000 cheveux en moyenne.
  • Une chevelure claire, tendant vers le blond, compte approximativement 140 000 à 150 000 cheveux
  • Une chevelure rousse compte de l’ordre de 75.000 à 90.000 cheveux


Lire aussi: Daniel Craig change de couleur de cheveux


Vie et mort d’un cheveu

La durée de vie moyenne d’un cheveu est de trois ans chez les hommes et varie entre 4 à 7 ans chez les femmes.

Renouvellement du cheveu

Au cours d’une vie, le cheveu se renouvelle environ de 20 à 25 fois.

Phases de vie d’un cheveu

Croissance

La croissance dure environ de 2 à 7 ans en fonction des individus (voir plus bas), sachant qu’un cheveu pousse en moyenne de 1 cm par mois.

Régression

La régression dure environ 15 à 20 jours. Il s’agit d’une interruption de la croissance, préalable au renouvellement

Expulsion

L’expulsion dure de 2 à 4 mois et correspond à la mort du cheveu, qui reste néanmoins accroché sur le cuir chevelu.

Chute de cheveu

Le cheveu remplaçant le cheveu mort arrive à la surface du cuir chevelu entraînant la chute du cheveu mort

Cheveux et saisons

Outre le facteur héréditaire et certaines causes exogènes (stress), la chute des cheveux est également fonction des saisons. En moyenne, chaque individu perd entre 45 et 60 cheveux par jour. Le rythme de la chute s’accélère à l’automne pour atteindre plus d’une centaine par jour. A l’inverse, le printemps et l’été sont propices à la croissance capillaire.

lire la suite: Santé-médecine 


Lisez-aussi: Changer la couleur de ses yeux à vie, c’est possible


[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=-0lqNvg359I[/embedyt]

La NASA développe un casque qui fait pousser les cheveux

La NASA développe un casque qui fait pousser les cheveux, lecoloriste

Une société américaine, Theradome, fondée par un ancien de la NASA est sur le point de mettre sur le marché un casque qui pourrait bien révolutionner le marché de la repousse des cheveux.

La NASA développe un casque qui fait pousser les cheveux. En effet, le casque en question développé depuis 2008 permettrait de limiter la chute des cheveux, et même permettrait de faire repousser ceux-ci. Le tout basé sur une technologie de pulsions laser ayant pour objectif de booster la production de follicules pileux. Retour sur cette avancée majeure dans le domaine de la calvitie… Imaginez-vous bien la scène. Le soir en rentrant chez vous, devant la télé, vous portez ce casque un peu étranger quelques minutes pendant que vous regardez la télé, ou que vous préparez à manger.


Vous aimeriez peut-êtreToute la vérité sur les roux


La NASA développe un casque qui fait pousser les cheveux: FICTION ou RÉALITÉ…soyez au aguets avec les charlatans

Quelle utilité? Vous ne perdrez plus jamais vos cheveux… Une avancée majeure que même Jules Verne n’aurait pas imaginé dans ses rêves les plus fous… Et bien, il semblerait qu’une société américaine soit sur le point de commercialiser ce produit, qui pourrait bien révoluttioner le monde des cosmétiques capillaires. En effet, Tamim Hamid, un ancien ingénieur de la NASA et fondateur de la société qui a développé ce casque est formel : ce casque permet de limiter la chute des cheveux, et de favoriser leur repousse !

Le concept repose sur des impulsions laser au niveau du cuir chevelu, ce qui a pour conséquence de stimuler la production de mitochondrie dans le follicule pileux, et donc de favoriser la production de protéines nécessaires à la repousse du cheveux. Le casque est composé de pas moins de 80 lasers qui permettent de couvrir une superficie de 580 cm carrés, alors que la superficie moyenne d’un cuir chevelu est de 716 cms carrés. Autant dire que la quasi-totalité du scalp est concernée. Les lasers produisent une chaleur de moins de 1degré celsius, ce qui n’apporte aucune gêne quand on porte le casque. Avec une séance de 20 minutes 2 fois par semaine, les premiers résultats visibles apparaissent au bout de 18 semaines. Au bout de 50 semaines, le cuir chevelu du sujet est considérablement renforcé.


Lisez-aussiCosmebio répond à 10 questions sur le cosmétique bio


[instagram-feed]

Source: Thibault Le Pellec


La coiffure comme soin est thérapeutique

la coiffure comme soin est thérapeutique, lecoloriste

La coiffure est thérapeutique selon les experts

Créée pour répondre aux besoins spécifiques de personnes âgées, malades ou fragiles, la socio-coiffure permet d’apaiser un mal-être causé par une perte totale ou partielle de la chevelure ou par un manque de soins. Nous pouvons croire que la coiffure comme soin est thérapeutique.

La coiffure comme soin est thérapeutique selon les experts

En quoi consiste la socio-coiffure ?

Retrouver son intégrité physique et psychologique, être accompagné dans sa réinsertion professionnelle, ou garder des cheveux sains et propres malgré l’âge ou la maladie… Autant de raisons pour lesquelles pour prendre soin de sa chevelure et de soi n’est ni futile ni inutile. Et c’est pour cela que sont formés les socio-coiffeurs. La coiffure comme soin, à la maison.

Plus que de simples coiffeurs, ils interviennent là où le temps et le personnel spécialisé manquent. Par exemple pour permettre à des personnes alitées, âgées ou malades, de bénéficier de shampoings au lit et de coupes d’hygiène dont elles seraient privées autrement. Pendant des mois, parfois des années. « C’est un métier thérapeutique nécessaire dans un pays où le prendre soin est hyper médicalisé et pas assez social », selon Jean-Marie Jouhaud, animateur social en maisons de retraite.

Patients suivant des chimiothérapies, victimes de pelade, mais aussi des accidentés de la route ou des grands brûlés, les clients des socio-coiffeurs ont souvent en commun un besoin de retrouver leur identité. Selon Véronique Gibault, socio-coiffeuse depuis 22 ans, suivre ces personnes jusqu’à la repousse de leurs cheveux est nécessaire. « Il faut vraiment être à leur écoute et les accompagner avant, pendant et après le traitement. »

Nathalie, 45 ans, qui a suivi sa seconde chimiothérapie en 2012, est allée voir Véronique avec ce besoin de retrouver qui elle était avant la perte de ses cheveux. « J’avais très bien vécu de les perdre, puisque ça m’était déjà arrivé, mais il fallait quand même que je retrouve cette part de mon identité. La plupart des gens arrivent à s’accepter avec les cheveux courts, une fois la repousse commencée. Mais pas moi. Ça a été tellement difficile que je suis passée par une phase dépressive. Mes cheveux n’étaient pas d’une longueur acceptable et je n’étais pas bien dans ma peau. Grâce à la pose d’extensions naturelles, Véronique m’a permis d’avoir une chevelure longue sans porter de perruque. »


Vous aimeriez peut-être: les scientifiques ont résolus l’énigme du cheveux gris 


Au-delà de la coiffure « classique »

La SOCO Academy, créée par Marie-Pierre Darthayette en 2011 à Biarritz, est la seule formation de socio-coiffure en France. Elle dure une semaine par mois pendant un semestre et est réservée aux titulaires d’un CAP ou d’un BP de coiffure.

« Pour moi, la coiffure c’est le paraître, alors que la socio-coiffure, c’est être, explique quant à elle Véronique. Dans ce métier, on oublie les diktats de la mode. En socio-coiffure, la beauté n’est pas un but, elle n’est qu’accessoire, contrairement à la coiffure classique.» Si elle a fait le choix, en tant que coiffeuse, de se spécialiser dans la prothèse capillaire il y a 25 ans, c’est qu’elle trouvait frustrant le fait de poser une perruque sur une cliente et de ne pas savoir ce qu’il advenait d’elle ensuite. « J’avais envie d’évoluer et de vraiment servir à quelque chose. »

Mais pour se lancer dans la socio-coiffure, une formation supplémentaire est nécessaire. Marie-Pierre Darthayette, créatrice de la SOCO Academy, explique que pour remplir au mieux leurs missions, les socio-coiffeuses ont besoin d’être capables d’appréhender différentes méthodes selon les pathologies. « En tant que coiffeuse, on ne sait pas forcément qu’une personne autiste ne supporte pas qu’on lui touche les oreilles. On peut rapidement courir à la catastrophe. Par manque de formation, on peut être maladroit et faire des dégâts », met en garde Véronique.

Être socio-coiffeur demande aussi le respect d’une déontologie et l’adaptation au fonctionnement des équipes soignantes pluridisciplinaires et aux réglementations qui existent dans les différents environnements (hôpitaux, maisons de retraite, centres spécialisés).

La coiffure comme soin

Enfin, la socio-coiffure se différencie de la coiffure « classique » par le bagage émotionnel que doivent supporter les praticiens. Marie-Pierre Darthayette estime que « s’occuper de personnes malades demande une certaine force psychologique et une capacité à relativiser ». C’est pour cela que les socio-coiffeurs doivent aussi apprendre à prendre du recul pour éviter un investissement personnel trop important. Une situation que connaît très bien Véronique. « Il faut s’investir mais aussi se protéger. Sinon on ne peut pas aider les autres. Créer des liens d’amitié peut être lourd, en particulier lorsqu’une cliente a l’âge de notre propre fille. Il nous faut du soutien pour ne pas plonger et pour éviter l’épuisement professionnel. »

psychologies.com


Alerte rousse pour elles

LES CHEVEUX ROUX : CHOISIR LA BONNE COULEUR

Est-ce la faute au changement climatique? il existe une alerte rousse pour elles.

Le réchauffement atmosphérique pourrait finir par affecter la mutation du gène responsable de la rousseur. Seulement 1 à 2 % de la population dans le monde est roux.

Les roux sont rares et pourraient bien le devenir encore plus dans les années à venir. Alistair Moffat, directeur du Galashiels-based Scotlands DNA (une entreprise privée qui séquence l’ADN de particuliers contre finance afin de repérer des risques de maladies génétiques) prédit la disparition prochaine des taches de rousseur et des cheveux carotte en raison du changement climatique.

Vous aimeriez peut-être: Le roux le plus de la saison

Alistair Moffat prend l’exemple de l’Ecosse où le temps nuageux est bien adapté au phototype des roux. Eh bien avec le réchauffement climatique, la météo va devenir de plus en plus chaude et les Ecossais n’auront plus besoin d’avoir une peau blanche et des cheveux roux adaptés au temps. C’est une mutation d’un gène qui donne les cheveux roux et la peau si pâle et si sensible à la lumière. Cette mutation génétique rend l’ADN des cellules alors plus vulnérables au cancer de la peau et au cancer.

Mais avec le changement de temps, les roux n’auront plus besoin de s’adapter au climat, beaucoup plus ensoleillé, en Irlande, en Ecosse. L’évolution génétique pourrait alors disparaître … et les roux virer au brun ?

roux 114

Il faut sauver le gène de la rousseur « Je pense que si les personnes sont rousses parce qu’elles n’ont pas assez de soleil et qu’elles doivent prendre leur dose de vitamine D, explique le Dr Moffat, cité par The Independent. Si le temps devient moins nuageux et plus ensoleillé, alors il y aura moins de gens qui porteront le gène de la rousseur ».

En Ecosse, on estime que 13 % de la population est « officiellement » rousse et que 40 % des Ecossais possèdent le gène de la rousseur. Le changement climatique pourrait donc s’accompagner d’un bouleversement majeur avec la disparition progressive des roux. Mais nous ne serons pas là pour assister à cette évolution. « Cela pourrait prendre des centaines d’années ». Attention toutefois,

lire la suite sur Top Santé.com


Traitement quotidien de renaissance capillaire

Traitement quotidien de renaissance capillaire, lecoloriste

DES NOUVEAUX CHEVEUX SE POINTENT À L’HORIZON AVEC DERCOS NEOGENIC

À la Stémoxydine 5% – Molécule brevetée pour favoriser le bon fonctionnement des cellules souches. À l’origine de nouveaux cheveux. Les bulbes en dormance se réveillent. Le nombre de cheveux augmente, la chevelure se « remplit ». L’Oréal de Paris nous arrive avec un traitement quotidien de renaissance capillaire.

Traitement quotidien de renaissance capillaire, lecoloriste

Traitement quotidien de renaissance capillaire

Entre 2 cycles de pousse, le bulbe capillaire entre dans une phase de dormance pendant laquelle il suspend son activité et reste vide. Pour en sortir, le bulbe capillaire a besoin d’un signal de réveil : c’est en travaillant sur cette étape décisive que le département de recherche L’Oréal a découvert le rôle primordial des cellules souches dans le réveil des bulbes en dormance et le renouvellement de la chevelure. Dercos Neogenic à la Stémoxydine, première molécule à action biomimétique pour favoriser le bon fonctionnement des cellules souches.

En vente dans toutes les pharmacies


Vous aimeriez peut-être : La greffe capillaire te la microgreffe