REGARD SUR LES COSMÉTIQUES

Une vision saine et sécuritaire sur les cosmétiques et soyez renseigné avec Céline Couteau et Laurence Coiffard 

Un blogue avec un regard sur les cosmétiques

Bonjour, les filles, cette fois-ci je vous présente nos 2 macarons du mois de mars. Comme chaque mois, nous vous présentons nos macarons, cette fois-ci, elles sont deux. Nos inséparables macarons sont Céline Couteau, diplômée d’Etat de Docteur en Pharmacie et Laurence Coiffard, diplômée d’Etat de Docteur en Pharmacie. Nos invités du mois sont nos coups de coeur qui se retrouvent dans  la section  Mes Blogs préférés.

Regard sur les Cosmétiques nous propose leurs visions des cosmétiques

Regard bienveillant, regard amusé, mais aussi parfois regard courroucé : ce sont NOS regards sur les cosmétiques, NOTRE vérité sur les cosmétiques.

Regard sur les Cosmétiques, lecoloriste
Laurence Coiffard
Regard sur les Cosmétiques, lecoloriste
Céline Couteau

L’histoire des cosmétiques c’est avant tout l’histoire d’un regard, le regard que nous portons sur nous-mêmes, le regard que nous portons sur les autres. De la Préhistoire à nos jours, ce regard a changé dictant des modes et édictant des règles qui tour à tour paraissent obsolètes ou bien au contraire le comble de la modernité. Très tôt, l’Homme s’est soucié de son apparence. Avec les matériaux dont il disposait, il s’est appliqué à modeler de ses mains la silhouette idéale à ses yeux. Les vénus prennent des formes variables.

Elles sont tout en seins, fesses et cuisses pour les vénus germaniques (vénus d’Hohle Fels et de Willendorf), le corps strié de scarifications, ou bien longilignes à l’extrême pour la vénus impudique de Lauguerie-basse. La beauté est déjà plurielle. Avulsions dentaires, scarifications, tatouages, trépanations, la mode en matière esthétique est des plus brutales. Être beau est l’apanage de l’adulte. Les rites initiatiques permettant de passer de l’adolescence à l’âge adulte sont rudes et nécessitent du courage.

L’expression « il faut souffrir pour être belle » s’applique à la perfection en ces périodes ancestrales. Le tressage des cheveux, la réalisation de colliers à base de coquillages ou de produits de maquillage à base d’argile constituent des moyens moins traumatisants mais tout aussi efficaces pour circonvenir aux critères de beauté en vigueur. De l’Homme des cavernes aux grecs antiques, si l’obsession de la beauté demeure, les moyens mis en œuvre se raffinent. Pour le poète Anacréon (550 av JC – 464 av JC), la beauté est une arme spécifiquement féminine. L’homme pour affronter la vie a son courage, la femme sa beauté.


Suivez-nous : FacebookInstagramPinterest