Est-ce qu’une coloration capillaire sans ammoniaque peut provoquer une réaction allergique ?

Est-ce qu’une coloration capillaire sans ammoniaque peut provoquer une réaction allergique ?, le coloriste

Plusieurs facteurs peuvent causés des allergies

Est-ce qu’une coloration capillaire sans ammoniaque peut provoquer une réaction allergique ?

Plusieurs se posent la question !  Est-ce qu’une coloration capillaire sans ammoniaque peut provoquer une réaction allergique ? la réponse est oui, les réactions allergiques peuvent être provoquées par différents types de substances, notamment les composés colorants. On utilise de l’aminoéthanol, ouvrant moins bien le cheveu que l’ammoniaque pour réussir l’exploit, les fabricants sont trop souvent contraints de lui ajouter plus de colorants pour un résultat identique.

Ce qu’il faut savoir

Les 3 P que redoutent les allergologues : Phénols, para-aminophénols, paratoluylène diamine, sont donc de plus en plus présents dans les colorations capillaires actuelles. Il est évident que l’ammoniaque peut essentiellement provoquer une irritation des voies respiratoires, des yeux et du cuir chevelu et des brûlures au cuir chevelu.


Lisez aussi : le plus prestigieux concours sur le thème des cheveux


A ce sujet il est à déplorer que les fiches INCI concernant les différentes marques de colorations soient si difficiles à déchiffrer.
Les signes sont si inquiétants que l’Union européenne, à travers le comité scientifique de consommation à publié en 2006 une liste de 22 substances interdites dans les colorations capillaires, il reste encore, malgré tout, beaucoup de substances qui font débat, comme la résorcine (pour son impacte cancérigène sur le foie), les PPD ( Para- phénylène diamine) sont interdites dans toutes les cosmétiques touchant la peau, seule exception : les colorations capillaires où elles sont encore autorisées à hauteur de 6% !


Vous aimeriez peut-être : des cheveux en santé pour réussir sa coloration


Il est important de toujours prendre les précautions nécessaires avant l’utilisation d’une coloration capillaire. Lisez les instructions avant toutes utilisation et surtout faire un test d’allergie 12 à 24 heures avant l’application du produit sur le cuir chevelu. Une bonne ventilation est donc indispensable quand on manipule des produits qui en contiennent. 

Source : Bioetbienetre

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=pRWz0UUPpeU[/embedyt]


Ce que cache notre obsession des poils

ce que cache notre obsession pour les poils ,le coloriste

Ce que cache notre obsession des poils, derrière cette question anodine ce que cache notre obsession des poils – en avoir ou pas ? – se joue une partition autrement plus complexe sur notre rapport au corps, à la féminité et à la sexualité.

Décryptage. « Jambes, maillot, aisselles, lorsque je sors de chez l’esthéticienne, j’ai l’impression d’être légère, belle et séduisante, raconte Mathilde, 37 ans. Comme si mon corps sortait d’hibernation. D’ailleurs, je ressens mieux le soleil sur ma peau, mes vêtements glissent plus facilement, j’ai toujours plus envie de faire l’amour. » Sociologie, ethnologie, psychologie, esthétisme…, des dizaines d’essais en sciences humaines témoignent de notre fascination pour ces quelques millimètres d’animalité qui stimulent l’imagination, et beaucoup d’autres choses.
Bien sûr, il y a les extrémistes du tout ou rien. Et ce depuis toujours, comme l’explique Christian Bromberger, chercheur à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (Idemec) et auteur de Trichologies, une anthropologie des cheveux et des poils (Bayard, 2010). Dans l’Antiquité, on trouve déjà la mention des « trichophiles » (de thrix, trichos, « poil », et philos, « qui aime », en grec ancien) comme des « tricophobes ».
À Rome, les esclaves esthéticiennes traquent le poil des patriciennes soucieuses de leur hygiène. Pour cette même raison, mais aussi pour se distinguer des barbares hirsutes, les légionnaires combattent cheveux ras, visage imberbe. En Égypte ancienne, le physique glabre de la noblesse et des scribes est un marqueur social qui les différencie des esclaves, chevelus et poilus.
En France, l’épilation suit l’influence plus ou moins forte de la religion chrétienne, qui, au Moyen Âge, impose de ne pas toucher à ce que, par nature, Dieu a donné. Au XVIe siècle, la noblesse féminine, qui souhaite paraître diaphane, s’épile ou se rase le haut du front pour ressembler à Marie Stuart. Imams, rabbins, popes et autres religieux affichent quant à eux, et depuis toujours, une barbe bien fournie.

5 conseils pour survivre à une rentrée poux(rrie)

La rentrée scolaire est signe de stress autant chez les enfants que chez les parents. Assez de stress, prenez quelques précautions. Cette semaine avait lieu la rentrée, c’est aussi la rentrée pour les enfants… mais aussi pour les poux. Comme les années passées, les parasites suceurs de sang ont en effet profité de l’été pour proliférer sur les têtes de nos chers enfants à travers toute la France et du Québec et ont même atteint ces derniers jours leur pic épidémique, selon une étude réalisée par Celtipharm. Conseils pour éviter que les poux ne vous pourrissent la rentrée. Lisez la suite


La coiffure comme soin est thérapeutique

la coiffure comme soin est thérapeutique, lecoloriste

La coiffure est thérapeutique selon les experts

Créée pour répondre aux besoins spécifiques de personnes âgées, malades ou fragiles, la socio-coiffure permet d’apaiser un mal-être causé par une perte totale ou partielle de la chevelure ou par un manque de soins. Nous pouvons croire que la coiffure comme soin est thérapeutique.

La coiffure comme soin est thérapeutique selon les experts

En quoi consiste la socio-coiffure ?

Retrouver son intégrité physique et psychologique, être accompagné dans sa réinsertion professionnelle, ou garder des cheveux sains et propres malgré l’âge ou la maladie… Autant de raisons pour lesquelles pour prendre soin de sa chevelure et de soi n’est ni futile ni inutile. Et c’est pour cela que sont formés les socio-coiffeurs. La coiffure comme soin, à la maison.

Plus que de simples coiffeurs, ils interviennent là où le temps et le personnel spécialisé manquent. Par exemple pour permettre à des personnes alitées, âgées ou malades, de bénéficier de shampoings au lit et de coupes d’hygiène dont elles seraient privées autrement. Pendant des mois, parfois des années. « C’est un métier thérapeutique nécessaire dans un pays où le prendre soin est hyper médicalisé et pas assez social », selon Jean-Marie Jouhaud, animateur social en maisons de retraite.

Patients suivant des chimiothérapies, victimes de pelade, mais aussi des accidentés de la route ou des grands brûlés, les clients des socio-coiffeurs ont souvent en commun un besoin de retrouver leur identité. Selon Véronique Gibault, socio-coiffeuse depuis 22 ans, suivre ces personnes jusqu’à la repousse de leurs cheveux est nécessaire. « Il faut vraiment être à leur écoute et les accompagner avant, pendant et après le traitement. »

Nathalie, 45 ans, qui a suivi sa seconde chimiothérapie en 2012, est allée voir Véronique avec ce besoin de retrouver qui elle était avant la perte de ses cheveux. « J’avais très bien vécu de les perdre, puisque ça m’était déjà arrivé, mais il fallait quand même que je retrouve cette part de mon identité. La plupart des gens arrivent à s’accepter avec les cheveux courts, une fois la repousse commencée. Mais pas moi. Ça a été tellement difficile que je suis passée par une phase dépressive. Mes cheveux n’étaient pas d’une longueur acceptable et je n’étais pas bien dans ma peau. Grâce à la pose d’extensions naturelles, Véronique m’a permis d’avoir une chevelure longue sans porter de perruque. »


Vous aimeriez peut-être: les scientifiques ont résolus l’énigme du cheveux gris 


Au-delà de la coiffure « classique »

La SOCO Academy, créée par Marie-Pierre Darthayette en 2011 à Biarritz, est la seule formation de socio-coiffure en France. Elle dure une semaine par mois pendant un semestre et est réservée aux titulaires d’un CAP ou d’un BP de coiffure.

« Pour moi, la coiffure c’est le paraître, alors que la socio-coiffure, c’est être, explique quant à elle Véronique. Dans ce métier, on oublie les diktats de la mode. En socio-coiffure, la beauté n’est pas un but, elle n’est qu’accessoire, contrairement à la coiffure classique.» Si elle a fait le choix, en tant que coiffeuse, de se spécialiser dans la prothèse capillaire il y a 25 ans, c’est qu’elle trouvait frustrant le fait de poser une perruque sur une cliente et de ne pas savoir ce qu’il advenait d’elle ensuite. « J’avais envie d’évoluer et de vraiment servir à quelque chose. »

Mais pour se lancer dans la socio-coiffure, une formation supplémentaire est nécessaire. Marie-Pierre Darthayette, créatrice de la SOCO Academy, explique que pour remplir au mieux leurs missions, les socio-coiffeuses ont besoin d’être capables d’appréhender différentes méthodes selon les pathologies. « En tant que coiffeuse, on ne sait pas forcément qu’une personne autiste ne supporte pas qu’on lui touche les oreilles. On peut rapidement courir à la catastrophe. Par manque de formation, on peut être maladroit et faire des dégâts », met en garde Véronique.

Être socio-coiffeur demande aussi le respect d’une déontologie et l’adaptation au fonctionnement des équipes soignantes pluridisciplinaires et aux réglementations qui existent dans les différents environnements (hôpitaux, maisons de retraite, centres spécialisés).

La coiffure comme soin

Enfin, la socio-coiffure se différencie de la coiffure « classique » par le bagage émotionnel que doivent supporter les praticiens. Marie-Pierre Darthayette estime que « s’occuper de personnes malades demande une certaine force psychologique et une capacité à relativiser ». C’est pour cela que les socio-coiffeurs doivent aussi apprendre à prendre du recul pour éviter un investissement personnel trop important. Une situation que connaît très bien Véronique. « Il faut s’investir mais aussi se protéger. Sinon on ne peut pas aider les autres. Créer des liens d’amitié peut être lourd, en particulier lorsqu’une cliente a l’âge de notre propre fille. Il nous faut du soutien pour ne pas plonger et pour éviter l’épuisement professionnel. »

psychologies.com


La solution à votre perte de cheveux

je vous présente Ghislaine Sant, conceptrice et propriétaire de cette nouveauté en matière de perruque, Ghislaine veut avoir une action humaine. Elle est une passionnée du cheveu et spécialiste de la fibre. Son cheminement de carrière la poussé à développer pour les femmes atteintes de perte de cheveux une gamme de perruque bien au-delà de la simple perruque. Un concept original respectant l’authenticité de chaque femme.

 CANCER, CHIMIOTHÉRAPIE et PERTE DE CHEVEUX.

Rosalie est une perruque, unique en son genre, nouvelle et différente. Elle a été pensée et créée pour un confort exceptionnel et une esthétique particulière. Ghislaine a mis en place le contrôle de tous les paramètres lui permettant de faire en sorte que cette perruque soit abordable: 50% moins couteuses que tous les produits actuels estimés dans cette gamme de qualités.

Faite entièrement à la main, Rosalie permet la modification de couleur et la réalisation de la coupe personnalisée de votre choix, faite 100% de vrais cheveux  naturels de très grande qualité, Rosalie est en deux morceaux et permet plusieurs type d’utilisation. La perruque Rosalie ne pique pas, est confortable à porter, et son poids est minime.

Précision: Rosalie est spécifiquement faite pour les têtes sans cheveux ou bien peu de cheveux.

Contactez-nous par courriel pour profiter de votre escompte à l’achat info@lecoriste.com

Pour plus d’informations et découvrir nos points de vente, visitez mon site www.rosaliesant.com

 

 


 


Des cheveux resplendissant de santé

Sombré, bronde, broux, blinger et vous !

Tout le monde veut des cheveux resplendissant de santé

Des cheveux resplendissant de santé

Plusieurs spécialises se sont gratter la tête afin de vous dire de quoi il en retourne. Une mauvaise alimentation ou les produits capillaires peuvent-ils améliorer la santé de vos cheveux? Autrefois considérée comme triviale, la recherche sur la santé capillaire s’est grandement développée au cours des 15 dernières années, apportant une meilleure compréhension de la biologie et la chimie complexes du cheveu. «On reconnaît aujourd’hui que le cheveu est un micro organe complexe fournissant diverses informations sur la santé de la personne», de dire le docteur Jerry Shapiro, directeur clinique du laboratoire de recherche sur le cheveu du département de dermatologie et science de la peau de l’université de la Colombie-Britannique. L’équipe de Plaisirs Santé est allé à la racine, si l’on peut s’exprimer ainsi, de ce qui se passe au sein des milliers de cheveux qui recouvrent notre tête et des moyens à prendre pour leur redonner santé et éclat.


Vous aimeriez peut-être : pourquoi les femmes préfèrent les colorations de pharmacie


Comment poussent les cheveux

A la base du follicule pileux, se trouve le bulbe du cheveu, qui renouvelle les cellules capillaires au rythme d’environ 1 centimètre par mois. «Ces cellules se divisent très rapidement, souligne Jerry Shapiro. En fait, après celles de la moelle osseuse, ce sont celles qui se divisent le plus vite; elles rendent donc bien compte des processus métaboliques.» Le cuir chevelu comprend 100 000 à 150 000 follicules pileux, qui se renouvellent sur un cycle allant de deux à cinq ans, suivant trois phases distinctes : croissance, régression et repos. Si vos cheveux ne descendent jamais plus bas que vos épaules, c’est probablement que leur cycle est de trois ans, ou alors, la cause en est génétique. Le cheveu est fait de kératine. Cette protéine, également présente dans les sabots, les cornes et les plumes des animaux, est, dans la nature, la plus résistante de toutes. Les cellules générées dans le follicule meurent rapidement, à mesure qu’elles sont repoussées vers le cuir chevelu par celles qui se sont nouvellement formées. La tige émergeant du cuir chevelu est composée de la kératine provenant des cellules mortes. Les couches de kératine se trouvant en surface de la tige forment une enveloppe protectrice, appelée cuticule; elles se chevauchent à la manière des bardeaux d’une toiture. Cette enveloppe est recouverte d’une couche huileuse protectrice, ou couche lipidique, qui donne au cheveu son lustre et ses propriétés hydrofuges.


Lisez aussi : une nouveauté une protéine de cheveux vend la mèche !


Causes de la mauvaise santé du cheveu

Si vous avez les cheveux ternes, sans vie, cassants ou abîmés, c’est dû soit à votre état de santé, soit à vos habitudes, soit à votre bagage héréditaire. Vous ne pouvez rien changer à vos gènes, mais vous pouvez agir sur les deux autres causes. «S’il y a une chose qui peut grandement contribuer à la santé des cheveux, c’est bien d’adopter une alimentation saine et équilibrée», souligne le docteur Shapiro. Les carences en vitamine B et en zinc, quoique rares, ont un effet négatif sur la vigueur, l’épaisseur et le lustre des cheveux. Quant à la carence en fer, par exemple en cas d’anémie, elle est associée à la chute capillaire. En corrigeant ces carences alimentaires vous pourrez améliorer la santé de votre chevelure en six mois environ. Cependant, «la plupart des dommages causés aux cheveux sont dus aux produits chimiques et à la chaleur», souligne, de son côté, le docteur John Gray, médecin du Royaume-Uni, auteur, expert en science capillaire et également consultant pour P&G Beauty, chef de file dans la fabrication des produits capillaires. Dans les deux cas, ils menacent l’intégrité de la cuticule en la dépouillant de sa couche lipidique. Voici comment : appliquée sur des cheveux mouillés, la chaleur des séchoirs peut littéralement faire bouillir l’eau se trouvant sous la cuticule, entraînant la formation de cloques dans le cortex du cheveu et relevant la cuticule. Quant aux produits chimiques présents dans les décolorants, les teintures, les lotions pour permanentes, les tranquillisants, et même dans les piscines, ils peuvent détruire la couche lipidique, redresser les arêtes des cellules de la cuticule et affaiblir la tige du cheveu, la desséchant et, au bout du compte, provoquant sa cassure. De la même manière que le tissu de vos jeans finit par se râper à l’usure, la tige du cheveu devient rugueuse et le cheveu fourche, généralement à la pointe, mais aussi en d’autres endroits. Au point de rupture, les tiges endommagées s’emmêlent, se cassent et se dessèchent. En outre, explique John Gray, les tiges rugueuses diffusent la lumière au lieu de la réfléchir, rendant la chevelure terne. Enfin, elles portent une charge électrique négative si bien que les cheveux, comme de petits aimants, se repoussent mutuellement et, en conséquence, frisottent désespérément ou planent dans toutes les directions, devenant totalement incontrôlables.

Comment réparer les dommages aux cheveux

Au fil du temps, on a utilisé toutes sortes de méthodes pour rendre les cheveux moins rugueux et les lisser : à l’époque des Grecs, on se servait d’huile d’olive, plus tard on a eu recours aux cires, puis aux protéines et, plus récemment, à la silicone. Le problème avec ces ingrédients, c’est qu’ils ne revitalisent que les parties saines du cheveu, ne s’attaquant pas aux parties abîmées et, en définitive, laissant la chevelure huileuse et lourde. Aujourd’hui, la science aborde les choses tout autrement. On vise plutôt à neutraliser la charge négative, ce qui a pour effet de lisser la chevelure sans pour autant l’alourdir et la charger de matières grasses. C’est ce concept fondamental qui a permis de réaliser les percées scientifiques ayant donné naissance aux nouvelles générations de shampoings et de revitalisants de la dernière décennie. Les fabricants gardent soigneusement le secret de leurs préparations, mais nous savons qu’ils ont recours à deux ingrédients clés pour dans l’élaboration de leurs shampoings et revitalisants. Ces éléments agissent seuls ou en association pour simuler les effets de la couche lipidique, lisser la cuticule rugueuse et neutraliser la charge négative et ce, sans charger la chevelure d’huiles alourdissantes. Il s’agit de dérivés de silicone et de polymères cationiques (molécules longues ayant une charge positive). Les amino-silicones et les dérivés de silicone de charge positive, par exemple le bis-aminopropyl diméthicone, déposent de façon ponctuelle de minuscules  particules sur la cuticule redressée, la rendant plus lisse et augmentant sa réflectivité.  Quant aux dérivés de la gomme de guar et aux autres polymères cationiques, aux noms imprononçables tels que «chlorure d’hydroxypropyltrimonium de guar» et «polyquaternium», ils neutralisent la charge négative. Les particules positivement chargées se déposent également aux endroits où la charge négative est la plus forte, c’est-à-dire sur les sites des dommages, par exemple, la pointe du cheveu. En cela ils se distinguent nettement des produits utilisés autrefois, qui revêtaient la tige mais n’exerçaient aucune action sur les sites endommagés. (Dans la liste d’ingrédients qui apparaît sur l’étiquette des produits, les mots se terminant en «ium» désignent des ingrédients de charge positive.) «C’est une science extrêmement complexe, mais il nous suffit de savoir que les ingrédients positivement chargés confèrent volume et souplesse à la chevelure, et en facilitent le démêlage», explique John Gray. Les formules étant différentes selon les effets recherchés, il est important de choisir un produit qui répond à vos besoins : cheveu lisse et brillant, volume, traitement des cheveux abîmés, information qui figure habituellement sur le contenant. Gardez toutefois à l’esprit que, en dehors de la coupe, il n’existe pas de solution permanente pour les cheveux abîmés; les effets de ces produits ne durent que jusqu’au lavage suivant.

Source :Plaisir Santé

Photo: Gracieuseté Pantenne


MES CHEVEUX SONT-ILS GRIS OU BLANCS

mes cheveux sont-ils gris ou blancs,lecoloriste

L’apparence grisonnante d’une chevelure n’est en quelque sorte qu’une illusion d’optique

Je vois mes cheveux gris et la coiffeuse parle de mes cheveux blancs

D’une façon logique, la chevelure parait de plus en plus grise au fur et à mesure que le pourcentage de cheveux blancs augmente. D’autre part, le cheveu poussant par sa racine, il peut être coloré alors que sa base visible est blanche. Comme plusieurs femmes, vous vous êtes posé la question, mes cheveux sont-ils gris ou blancs?


mes cheveux sont-ils gris ou blancs,lecoloriste
Pinterest

Lisez aussi: Les cheveux argent en 50 photos


Ma douce crinière de cheveux commence à grisonné

Souvent vous remarquerez vos premiers cheveux gris en dessous d’une frange bien épaisse. Le contraste apparait d’une manière évidente lors de la croissance des cheveux après une coloration. Le blanchissement des cheveux s’appelle la canitie. C’est un phénomène naturel et très complexe dont la première explication est très simple : dès qu’un cheveu n’est plus pigmenté lors de sa conception, il pousse blanc. Certes, mais pourquoi le cheveu n’est-il plus pigmenté? On a longtemps cru que devenir Poivre et Sel  était la conséquence naturelle de l’arrêt de production de mélanine par les mélanocytes.

Une étonnante découverte capillaire sur les cheveux blancs

Les chercheurs ont fait une découverte étonnante au sein du bulbe pileux du cheveu blanc : on y trouve en effet des mélanocytes incapables de produire des pigments colorés, il en existe d’autres en parfait état de fonctionnement, mais ne parvenant plus à transmettre leur mélanine aux kératinocytes. Aujourd’hui, les raisons de cette interruption de communication entre mélanocytes et kératinocytes sont encore obscures. Liée au mélange de cheveux colorés et de cheveux blancs. C’est l’expression « avoir les cheveux poivre et sel » qui rend le mieux compte de cette réalité.


Vous aimeriez peut-être: mes premiers cheveux blancs


Mes cheveux naturels sont devenus gris blancs?

Une autre découverte a ensuite été faite : alors qu’on pensait que les mélanocytes étaient localisés uniquement au fond du bulbe pilaire, on s’est rendu compte qu’il en existait un réservoir situé plus haut dans la gaine épithéliale externe. Ces mélanocytes sont endormis : ils ne produisent pas de pigments.

mes cheveux sont-ils gris ou blancs,lecoloriste
Pinterest

Ce sont certains d’entre eux que le follicule pileux recrute pour repeupler sa partie profonde lorsqu’il commence à se reconstituer à la fin de la phase télogène. Une fois sélectionnés, ces mélanocytes sont réactivés et la production de mélanine reprend. Or, ce réservoir existe encore dans le follicule des cheveux blancs. Cela a conduit à penser que la canitie pouvait être liée à un « déficit de recrutement » dans ce réservoir. Là encore, les processus mis en jeu sont mystérieux.Cependant, il y a fort à parier qu’en comprenant ces différents mécanismes, il serait possible de s’opposer au blanchissement du cheveu, si on le désire!

Les premiers cheveux blancs apparaissent au-devant de la tête : mythe ou réalité

Les premiers cheveux blancs ne sont pas obligatoirement localisé au-devant de la tête au niveau de la frange. Ils peuvent être localisés au niveau des tempes et même sur le sommet de la tête. Chaque personne est unique et le codage génétique est très complexe. Certaines personnes ont leurs premiers cheveux blancs très tôt et pour d’autres il n’est pas surprenant de voir l’arrivée des premiers cheveux blancs vers l’âge 40 ans. La vie étant faite!

 

 

Source : L’Oréal de Paris

Photo : Pinterest

 


La greffe capillaire et la microgreffe

la greffe capillaire et la microgreffe, lecoloriste

DES SOLUTIONS À VOTRE CALVITIE

La greffe capillaire et la microgreffe

Nous ne pouvons plus passer sous silence les avancées professionnelles en matière de la greffe capillaire et la micro greffe. Voici des solutions des à votre situation, la microgreffe comme la greffe capillaire est un acte médical et maintenant rendu accessible à presque tous. De nombreuses stars essentiellement masculines ont comme tous les hommes des problèmes de calvitie. De Johnny Depp à Mel Gibson en passant par Matthew McConaughey, ils auraient tous eu recours à des greffes capillaires. D’ailleurs, une technique nommée « l’injecteur de Choï » fait actuellement le buzz sur la Toile en raison de ses résultats spectaculaires. 

la greffe capillaire et la microgreffe, lecoloriste

Injecteur de Choï

Après le prélèvement manuel des greffons (ou unités folliculaires, qui contiennent un à trois cheveux, maximum quatre) dans la zone donneuse, les unités capillaires vont être réimplantés dans les zones dégarnies.

La particularité de cette technique est que la réimplantation des greffons se réalise à l’aide de l’implanteur de Choi, un stylo injecteur constitué d’une aiguille à extrémité biseautée avec une rainure latérale permettant l’insertion du follicule pileux (0.80mm).

Le follicule pileux est récupéré par l’aiguille de l’injecteur de Choï pour être par la suite délicatement implanté (par propulsion) au niveau de la zone dégarnie.


Nous avons choisi pour vous : Les bonnes adresses


La greffe capillaire et la microgreffe

La transplantation capillaire par microgreffe est la plus connue des chirurgies de remplacement capillaire puisque c’est la seule solution durable à une calvitie. Sous anesthésie locale, un lambeau de cuir chevelu de la région occipitale (région donneuse) est découpé en petits greffons (les unités folliculaires) qui sont ensuite insérés dans de petites fentes faites dans la région dégarnie (région receveuse).

Les techniques de remplacement capillaire ont beaucoup évolué, et les résultats sont de plus en plus naturels :

  • La réduction tonsurale causait de vilaines cicatrices difficiles à camoufler.
  • La technique de transposition de lambeaux de cuir chevelu modifiait l’orientation des cheveux.
  • La technique avec les poinçons donnait un effet en cheveux de poupée ou en champ de maïs.
  • La micro transplantation capillaire donne maintenant des résultats très satisfaisants qui imitent la nature, surtout depuis l’utilisation des unités folliculaires. Les cheveux se présentent naturellement par groupes de deux ou trois, et on essaie toujours de respecter ces entités anatomiques lors de la coupe des greffons.

 


Le clonage des cheveux à nos portes

le clonage des cheveux à nos portes, lecoloriste

La calvitie et le cheveu sont depuis longtemps une source de désolation autant chez les hommes que chez les femmes.

Aujourd’hui, le clonage des cheveux à nos portes, le clonage des cellules souches est sur la table, la course à la découverte est ouverte pour les chercheurs et très prochainement les hommes et les femmes profiteront  d’une des plus grandes innovations dans le domaine de la greffe capillaires et  du clonage du cheveu, nous serons les premiers à vous communiquer les avancés scientifiques, suivez avec nous l’évolution des résultats.

Le clonage des cheveux à nos portes

D’ici peu nous aurons quelques alternatives pour remédier à la calvitie. Pendant ce temps, vous pouvez  toujours vous rabattre sur la recherche médicamenteuse, car elle existe. Prenez le temps de vérifiez les effets secondaires possibles de ses produits.


Vous aimeriez peut-être : les allergies et intolérances aux produits colorants


Une alternative à votre calamité

Chez toutes les femmes et chez une majorité d’hommes, à l’exception de certains cas magnifiés et harmonieux, la calvitie reste un calvaire, autant esthétique que psychologique. Trop de procédés peu efficaces, destinés à rendre la chevelure perdue, sont utilisés. Au mieux, ils retardent la perte de cheveu, mais aucun ne permet la repousse des cheveux disparus. Or, il existe maintenant une technique extrêmement précise et fiable qui gomme les effets du temps sur la chevelure. Il s’agit du transfert de vos propres cheveux, qui pourront croître comme s’ils avaient toujours été en place.

La technique des implants est élégante, fine et exige un travail méticuleux. C’est une intervention bénigne, sous anesthésie locale, indolore, discrète et définitive.Aussi, on comprend l’engouement pour ce procédé qui est devenu l’intervention esthétique la plus pratiquée chez l’homme de par le monde. Les greffes de cheveux ne s’adressent pas seulement aux hommes souffrant d’une calvitie avancée.

Mieux vaut recourir à cette méthode dès les premiers signes.


Suivez-nous sur : FacebookInstagramPinterest 


http://www.youtube.com/watch?v=j79WqncOAT4

 


Une avancée majeure sur la recherche pour traiter la calvitie

Depuis plusieurs décennies des scientifiques tentent de trouver une façon pour faire «repousser» les cheveux perdus.

Certes des médicaments (minoxIdil et finastéride) parviennent plus ou moins efficacement à ralentir leur chute, étude publiée dans le PNAS, des cellules provenant de sept personnes ont été cultivées avec la technique dite de la «goutte pendante» de façon à ce qu’elles s’assemblent en sphère. Glissées entre le derme et l’épiderme de fragments de peau humaine glabre de prépuce, ensuite greffés sur le dos de souris, elles ont provoqué la formation de follicules pileux, une structure de la peau qui produit justement le poil. Les chercheurs ont constaté que dans cinq des sept tests, la greffe a produit de nouveaux follicules pendant au moins six semaines. Une analyse ADN a montré que ces nouveaux follicules pileux étaient bien formés de cellules humaines issues des sept personnes sur qui avaient été prélevées les cellules.

Consultez le bottin greffe capillaire pour trouver un spécialiste

Source: RFI